Traduire Blood – Empapillonné d’or

Le 10 juillet 2020

J’ai encore bien des choses à vous raconter au sujet de cette formidable expérience qu’a été la traduction du premier recueil de nouvelles de Noelle Q. de Jesus, paru sous le titre Blood à Singapour, à paraître sous le titre Passeport à Bordeaux.          
Vous remarquerez que dans cette phrase, en écrivant « a été », j’ai conjugué cette traduction au passé. En effet, je peux désormais le faire en toute sérénité car j’ai à présent définitivement mis un point final à cette traduction. Pour la petite histoire, contrairement à ce que je déclarais dans mon précédent post concernant cette traduction, entre mars et juin, elle a donné lieu à une très belle partie de tennis à quatre entre l’éditeur, la relectrice, l’autrice et moi. Mais ceci est une autre histoire que je vous raconterai la prochaine fois.

Lire la suite »

« Les cris tacites » à la MDF !

Le 30 juin 2020
Cliquer pour agrandir

Les cris tacites, projet de Morgane Visconti auquel j’ai participé, est à découvrir sur les vitres de la Maison des Femmes de Bordeaux depuis ce matin et jusqu’en août.

Jam Poé-dansée

Le 30 juin 2020

Le 4 juillet, la Cie Tchaka vous propose une improvisation dansée en musique et poésie, avec ma voix et mes textes et la performance de danseuses/interprètes en direct de l’ATN (Bègles, France).
Ce sera la première scène après confinement de la compagnie. Cette jam poé-dansée se fera en direct sur Facebook Live. Elle comprendra, notamment, les premières étapes de travail de la dernière création en cours de la Cie, Scansions animales.

Lire la suite »

Lectures du printemps

Le 25 juin 2020

Oui, je sais, nous sommes à présent en été, aussi bien sur le calendrier qu’au niveau du mercure. Mais, comme je vous l’ai indiqué dans une note récente, je lis et j’écris de plus en plus dans le temps. Nous vivons dans une société dans laquelle ce mot tout à la fois perd de plus en plus son sens et devient de plus en plus un luxe. Tout le monde réagit à chaud à tous les types d’actualité, sans toujours prendre le temps du recul, un événement chasse l’autre en un délai record et je ne sais plus si on sait attendre et se montrer patient…       
Fort heureusement pour moi qui goûte de plus en plus les joies du rythme des tortues (si je ne me trompe, la fable dit bien qu’à la fin, c’est elle qui l’emporte sur le lièvre ?), limaces et autres escargots (une autre voix de la sagesse ne dit-elle pas chi va piano, va sano e va lontano), littérature et poésie n’ont point de date de péremption, n’est-il pas ? Quel bonheur !          
Alors, oui, c’est l’été et je vous parle de mes lectures du printemps. Des lectures confinées pour la plupart donc (même si, en fin de compte, toutes mes lectures sont confinées car je ne peux lire qu’une fois que j’ai mis une bulle autour de moi, même dans un café dont le sympathique brouhaha ambiant finit par se transformer pour dessiner les parois de cette bulle).

Lire la suite »

Coquelicoquin

Le 18 juin 2020
« Coquelicoquin » par Patricia Houéfa Grange
2020
Tous droits réservés

La mangue embaume la maison
Ta langue enrobe ma déraison

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Traduire, vibre-t-elle/aile

Le 11 juin 2020

Comme j’ai pu le dire dans un récent entretien avec le KLAC, pendant ma traversée du confinement, notamment pendant les premières semaines, l’écriture m’a désertée. Non pas qu’il ne se passait rien en moi et que je n’avais rien à dire, au contraire, il se passait très certainement trop de choses en moi, j’étais bien trop sidérée et bouleversée pour que mes pensées et mes mots puissent advenir de façon cohérente.      
D’autre part, plus j’avance dans le temps, plus j’ai besoin de temps pour mûrir ma parole et dire ce que je veux dire exactement comme j’ai envie de le dire. Si je vis pleinement l’instant et dans l’instant, j’écris de plus en plus dans le temps.

Lire la suite »

Pantoun étouffé

Le 2 juin 2020

L’âcre fumée des bûchers carnivores
saisit la gorge, empêche de respirer
De combien de fruits étranges encore
nous faudra-t-il l’amertume avaler ?

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Pantoun d’épeautre

Le 30 mai 2020
Photo : Patricia Houéfa Grange

Les épices se mêlent à l’épeautre
au sablé des biscuits de la joie
Hildegarde, je suis votre apôtre
au sacré des vertus de la joie

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

« L’abbesse recommandait ces biscuits pour donner de l’énergie, calmer les nerfs, dissiper la fatigue et résoudre les problèmes de concentration »
Extrait de Miraculeuses plantes d’Hildegarde de Bingen de Sophie Macheteau et Claire Desvaux, Ed. Rustica, 2017

Parler oiseau

Le 26 mai 2020
Inséparables
Pliage et photo : Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Nuit studieuse
les trilles matinaux
m’escortent vers le sommeil
*
De page blanche en nuit blanche
j’apprends à écridormir
dans la langue des oiseaux
*
Constellation capiteuse sur le treillage
Thé vert au fruit du dragon
Mille chants infusent dans le crépuscule

Constelación embriagadora sobre el enrejado
Té verde de pitaya
Mil cantos infusionan en el crepúsculo

Heady constellation on the lattice
Dragon fruit green tea
A thousand songs brew in dusk

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Elles ont lu « Cette Malaisie lah! »

Le 15 mai 2020

Mon recueil Cette Malaisie lah! a commencé à rencontrer ses premières lectrices et premiers lecteurs. Trois lectrices en parlent :

Lire la suite »