Carnets de Malaisie – L’élégance nyonya

Le 30 août 2016

Je dédie cette note de blog à ma soeur, Corine, et à ma nièce, Aurélie.

Baba & Nyonya HouseBaba & Nyonya Heritage Museum
Malacca, Malaisie, Mai 2016
Photo : Mariposa

Baba & Nyonya House 2Baba & Nyonya Heritage Museum
Malacca, Malaisie, Mai 2016
Photo : Mariposa

L’année dernière, lors de la Rencontre de Barbezieux, mon amie Renuka Devi-Voisset portait un magnifique kebaya immaculé orné d’un kerongsang. C’était la première fois que j’entendais ces mots, mais ils se sont immédiatement gravés dans ma mémoire car j’ai instantanément nourri de la fascination pour ce corsage brodé et surtout pour ce bijou.

Le kerongsang est une parure constituée de trois broches qui sert à attacher et fermer le kebaya (même si aujourd’hui, on trouve des kebaya munis de boutons-pression qui peuvent donc se porter sans kerongsang). La première broche (parfois plus grande que les deux autres) s’appelle ibu (mère) et les deux autres anak (enfant). Ces broches peuvent être reliées entre elles par une chaînette. C’était le cas du kerongsang que portait Renuka. Je l’ai trouvé magnifique !

Lire la suite »

Les Derniers Amants

Le 29 août 2016

Only lovers left alive

Il y a un peu plus de deux ans désormais, j’ai eu un énorme coup de coeur pour ce film : Only lovers left alive de Jim Jarmusch (2014). Dans la nuit après l’avoir vu au cinéma, j’ai immédiatement écrit un poème pour lui rendre hommage et cristalliser cette soirée et cette nuit. Ce poème aurait dû donner naissance à une lecture sonore en tandem voix-guitare. Cette création ne se fera finalement pas.

C’est un texte auquel je tiens, qui a pris une dimension particulière dans ma vie, tout autant que le film. J’aurais pu transformer le projet, en faire autre chose. Mais c’est justement à cause de cette dimension qu’il a prise, de ce qu’il représente et symbolise que j’ai finalement décidé de le laisser à l’état de mots silencieux. Mais comme c’est un poème qui me tient à coeur, j’ai également décidé de le partager ici, de l’envoyer vers vous comme un papillon de papier.

Je ne ferai pas de mise en voix de ce texte, mais vous pouvez le lire en écoutant le sublime Hal de Yasmine Hamdan, extrait de la bande originale du film (lien en fin de note).

Lire la suite »

Carnets de Malaisie – Street Art

Le 26 août 2016

1 kuala lumpurKuala Lumpur
Photo : Mariposa

S’il y a une activité à laquelle j’ai eu beaucoup de plaisir à m’adonner pendant mes déambulations malaisiennes, c’est la chasse au street art. En particulier à George Town où il y a vraiment matière à faire. Mais aussi à Ipoh et à Melaka.

En Malaisie, comme ailleurs, les murs ont certainement des oreilles. Mais ils ont surtout la parole dans leurs murmures, souffles et cris de couleurs. Les murs parlent et les pigments s’y accrochent comme du lierre …

Lire la suite »

Arum titan, l’Asie à Bordeaux !

Le 24 août 2016

arum titan carole lemeeArum titan au Jardin Botanique de Bordeaux
Photo : Carole Lemee

Ces derniers jours, le Jardin Botanique de Bordeaux était en pleine effervescence. Pensez-vous ! Il a vécu une naissance rare et monumentale : la floraison d’un Amorphophallus titan ou arum titan ou pénis de titan.

Cette fleur géante, pouvant mesurer jusqu’à 3 mètres de hauteur, est originaire de la région de Sumatra. Elle ne fleurit que tous les dix ans ! Nous avons donc eu la chance extraordinaire de pouvoir en admirer une à Bordeaux.

Notre arum titan a fleuri dans l’après-midi du samedi 20 août. Mais j’avais tenu à aller le voir avant son éclosion :

Lire la suite »

Images du Temps – 4 Saisons en Sauternais

Le 22 août 2016

WP_20160814_13_40_26_ProImages du Temps – 4 Saisons en Sauternais
Jean-Marcel Coulombeau

Fin 2015, a paru ce joli livre du cuistographe Jean-Marcel Coulombeau. Il s’agit d’un très bel ouvrage présentant des photographies de Jean-Marcel, prises au fil des saisons à Barsac et dans le Sauternais. Ces photographies sont accompagnées de quelques dessins, mais aussi de courts textes dont des extraits de mes poèmes consacrés à la jolie région que j’ai habitée ces dernières années.

Pour diverses raisons, ce n’est que récemment que j’ai eu la possibilité de récupérer mes exemplaires de courtoisie. Je suis vraiment ravie d’avoir participé à ce très joli livre. Et cerise sur le gâteau, vu qu’il s’agit d’un ouvrage bilingue, j’ai eu la belle surprise d’y découvrir mes vers traduits en anglais ! Merci à Marine Coulombeau et à Emilie Prince pour ces traductions. Et merci à Jean-Marcel pour cette jolie collaboration.

Lire la suite »

Malaisie – Carnets en cours

Le 15 août 2016

La Maison des PalmesLa Maison des Palmes
Dessin et photo : Mariposa
Tous droits réservés

Je continue à vous ouvrir un petit coin de mon « atelier » et à vous laisser regarder par-dessus mon épaule les pages de mes carnets de Malaisie en cours de création.

Ci-dessus le montage « La Maison des Palmes » associant un dessin au feutre et feutre fin noirs d’après une photo de Roland Fauconnier datant de 1977, et une photo de la Maison des Palmes que j’ai prise en mai dernier, sur la rivière Selangor.

Lire la suite »

Petit traité sur l’immensité du monde

Le 15 août 2016

petit traité sur l'immensité du mondePetit traité sur l’immensité du monde
Sylvain Tesson
Editions des Equateurs, 2005
Pocket, 2008

Oui, je viens encore vous parler de Sylvain Tesson, je n’y peux rien, c’est comme ça, la parole de cet homme me parle !

Mais promis, c’est la dernière fois pendant un petit moment (jusqu’à ma prochaine plongée dans son univers, sûrement via Géographie de l’instant et Eloge de l’énergie vagabonde).

Comme le titre de cet ouvrage l’indique, ce livre est une invitation au voyage. Mais pas à n’importe lequel. Le voyage en lenteur, à l’autre bout du monde, au coin de la rue ou même dans des univers « magiques », par ses propres moyens et en littérature/poésie. Autrement dit, d’après Sylvain Tesson, le voyage c’est d’abord et avant tout un état d »esprit.

Quelques passages parmi ceux qui m’ont le plus parlé, dans lesquels je me suis retrouvée :

Lire la suite »

Aphorismes ?

Le 11 août 2016

HerbePhoto : Mariposa

Le week-end dernier, encore imprégnée de la lecture des aphorismes de Sylvain Tesson, j’ai accueilli sous ma plume de petits frissons de mots qui ressemblent à des aphorismes. Sylvain Tesson dit : « On ne compose pas un aphorisme, on le laisse monter. » Et c’est ainsi que ces textes sont venus à ma rencontre. Je ne cherchais pas à écrire des aphorismes. Ces mots sont venus à moi. Sont-ils des aphorismes ? Je ne sais pas. Ils en sont certainement cousins. Sont-ils réussis ? A vous de me le dire.

Lire la suite »

Aphorismes dans les herbes …

Le 11 août 2016

aphorismes-dans-les-herbes-et-autres-propos-de-la-nuit-554088-250-400

Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit
Textes de Sylvain Tesson
Encres de Michel Pinosa
Editions des Equateurs, 2011
Pocket 2014 (Edition revue et enrichie par l’auteur)

Il y a un peu plus de deux ans, je vous avais parlé des Aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages de Sylvain Tesson. Il y a quelques jours, je me suis plongée dans son deuxième recueil d’aphorismes, avec le même plaisir et le même bonheur.

Le principe est le même que pour le recueil précédent. Je vous livre cependant le texte figurant en quatrième de couverture :

L’aphorisme, comme le voyage est une ascèse. On se débarrasse du superflu, on se rapproche du coeur de la nature et de la vérité. Il faut alors se laisser envahir par la beauté, le silence et aussi la désillusion. Ecrire, c’est nommer les ombres des flammes qui accompagnent le vagabond. Voici l’évangile du voyageur : « Aime le lointain comme toi-même ».

A présent, voici quelques photos de pages de l’ouvrage avec les magnifiques encres de Michel Pinosa et quelques aphorismes extraits de l’ouvrage (cliquer sur les images pour agrandir) :

Lire la suite »

Malaisie, Cartes & Territoires

Le 6 août 2016

malaysia-map-1

A l’école, je n’aimais pas les cours de géographie. Cela m’ennuyait profondément de retenir toutes ces cartes à différentes strates (villes, reliefs, climat, cours d’eau, …) D’ailleurs, au final, je n’en ai rien retenu. Il existe toujours une foule de pays que je ne saurais pas localiser sur un planisphère. J’ai toujours eu un très mauvais sens de l’orientation. Mais me perdre m’a toujours permis de découvrir ce à quoi je ne m’attendais pas. Et j’aime ça !

Je suis nulle en géographie et cependant, lorsque j’envisage et prépare un voyage, les cartes me fascinent. Le voyage commence avant le voyage. Et un de mes délices de préparatifs consiste à imaginer mes itinéraires en laissant s’envoler mon imagination lorsque je prononce à voix haute les noms étranges des villes qui les jalonneront. Se dire que ces mots qui ne sont, à ce moment-là, que des sons abstraits, se métamorphoseront bientôt en expérience concrète, palpable, puis en souvenirs prégnants. Vertige.

 Ainsi en fut-il pour la Malaisie. Et j’ai décidé de glisser mon itinéraire de Papillonne dans les futurs carnets que je prépare. Voici un premier essai (cliquer pour agrandir) :

Lire la suite »