Peaux d’Âmes

Le 6 novembre 2018

Peaux d’Âmes

Dans les mots que je sème
vont germer des peaux qui s’aiment
Oh mon Beau que j’aime
viens partager ma bohème
Sur ta peau que j’aime
je me fais eau et gemmes
et oh que j’aime
être cette eau que t’aimes
t’envelopper de mon totem
Me donner peau et âme
à ta peau que j’aime
Me faire poème
et nous faire po-âmes

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Lire la suite »

Flâneries chamarrées

Le 30 octobre 2018

L’écoute, sculpture d’Henri Miller
Paris, Place René Cassin
« A l’écoute des rumeurs souterraines, tel un galet, cette sculpture est échouée au hasard d’une marée imaginaire sur les rivages du temps. »
Photo : Patricia Houéfa Grange, 2018

Le froid et le gris ont saisi la ville.
Moi je déambule au rythme des mille et une couleurs des identités arc-en-ciel.

Musiques et danses se mêlent. Corps et genres s’emmêlent. La mode défile et se métisse en buvant à la coupe de tous les arts. Joséphine et Joséphin donnent leur revanche aux bananes. « L’homme objet » s’avance « Sous les jupes des garçons », il écarte les pans de sa veste et « Il y a du monde au balcon ». La beauté se démultiplie dans les reflets de mille miroirs, car tu es belle et tu es beau d’abord sur la peau de mon regard. Le freak c’est chic et la hot couture me tient le coeur au show.

Le froid et le gris ont saisi la ville.
Moi je déambule au rythme des mille et une couleurs des identités arc-en-ciel.

Ils marchent sous mes pas, les arcs-en-ciel, dans le Marais, aux carrefours de la rue du Temple. Ils vibrent en écho aux tuyaux de Beaubourg et aux automates vifs de la fontaine Stravinsky. Ils se déploient sur ma langue, les arcs-en-ciel, quand je fais une pause à la petite boutique jaune de la rue des Rosiers. Borek, pletzel, pirojki, vatrouchka, strudel, c’est l’Europe centrale, la Russie et toutes leurs racines qui viennent contaminer mes papilles de leurs accents de délices. Ils paradent, les arcs-en-ciel, dans les vitrines des galeries Place des Vosges, et je leur rends leur sourire contemporain et chaleureux.

Le froid et le gris ont saisi la ville.
Moi je déambule au rythme des mille et une couleurs des identités arc-en-ciel.

Lire la suite »

Pantoun de Flore

Le 29 octobre 2018

Café de Flore
Photo : Patricia Houéfa Grange, 2018

Paris ciel gris sous la pluie
chocolat au Café de Flore
Dans l’aura des grands esprits
s’éveillent les mots qui vont éclore

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Café de Flore
Patricia Houéfa Grange, 2018

Déambulations pragoises – Petrin

Le 15 octobre 2018

Colline de Petrin
Photo : Patricia Houéfa Grange, juin 2017

Colline de Petrin depuis le Most Legii
Photo : Patricia Houéfa Grange, mai 2018

Je ne m’en étais pas rendu compte, mais je n’avais fait que « survoler » la colline de Petrin lors de mes trois premiers séjours à Prague. Au cours de mon tout premier séjour, je l’avais incluse dans ma visite générale du quartier de Mala Strana. Alors, oui, j’étais allée voir le Mémorial des victimes du communisme que j’avais examiné sous toutes ses coutures, juste au pied de la colline ; oui, je m’étais promenée dans la roseraie et j’avais souri à la vue de la mini-tour Eiffel, au sommet de la colline ; mais la colline elle-même, je l’avais traversée en funiculaire.

Lire la suite »

Transe

Le 4 octobre 2018

Source de l’image

Première étoile
Premier accord
Quand l’air frissonne
sous la caresse des guitares
ma peau tremble
sous les vibrations de la musique
Alors commence la transe
Communion avec ceux
qui font pleurer les cordes
Communion avec ceux
qui font danser leur corps
Communion avec tout ce
qui palpite au fond de moi
Alors s’allume la transe
Et je m’abandonne
à l’énergie de ceux
qui font rugir les percus
à l’énergie de ceux
qui font parler ce qui est tu
à l’énergie de tout ce
qui piaffe tout au fond de moi
Alors s’embrase la transe

Lire la suite »

Frêle/Frágil/Frail

Le 25 septembre 2018

Dessin : Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Je vous offre aujourd’hui ce diptyque constitué d’un soupir en français, suivi d’un chant trilingue français/espagnol/anglais :

Frêle/Frágil/Frail

Tu es si frêle si éphémère
Tant de fleurs et papillons
meurent en l »espace d’un jour
Tu es si vigoureuse si perpétuelle
Tant de fleurs et papillons
(re)naissent en l’aube de chaque jour

***

Lire la suite »

Millefiori à voix haute

Le 25 septembre 2018

Source de l’image

Il y a une quinzaine de jours, je partageais avec vous mon texte Millefiori.

Je vous propose à présent, après l’avoir lu, de l’écouter :

Millefiori

Le 11 septembre 2018

Source de l’image

Millefiori

Rends-moi mes tutus et mes poupées guimauves
mes bonbons à la fraise et mes contes vanillés
Rends-moi mes paillettes et ma couleur rose
Laisse-moi redevenir fifille

Rends-moi mes licornes et mes dragons
mes Têtes Brûlées qui piquent et mes billes calots
Rends-moi mes arcs-en-ciel et ma boîte à pastels
Laisse-moi redevenir fifille

Rends-moi mes gants et mon punching-ball
l’adrénaline et le vertige du ring
Rends-moi l’odeur ferreuse du sang et de la sueur
Laisse-moi redevenir fifille

Lire la suite »

Poèmes de traductrice

Le 7 septembre 2018

Source de l’image

Parfois (souvent), mon activité de traductrice inspire ma poésie …

Chants grégoriens
mes traductions s’envolent
sur les ailes d’un songe

La lumière musicale
défait les noeuds terminologiques

***

Lire la suite »

« Le rire des étoiles » de Monique Mérabet

Le 30 août 2018

Le rire des étoiles – tanka-prose
Monique Mérabet
Les Editions du tanka francophone, 2018

Ce n’est pas la première fois que Monique Mérabet tisse sa poésie autour de la thématique de la mort. Elle l’avait déjà fait, en 2010, à travers 22 chants mêlant humour et émotion, réunis sous le titre Mésattente. Dans cet ouvrage-là, elle partageait avec nous le chemin qu’elle avait elle-même parcouru pour finalement faire face à son propre grand départ en toute sérénité.

Mais c’est une chose d’envisager la fin de sa propre vie, et c’en est toute une autre de parvenir à survivre à la disparition d’êtres proches. D’autant plus s’il s’agit d’un petit prince, fauché alors qu’il était sur le point de devenir un homme, rose pleine de promesses. Comment ne pas succomber, accablée par le désordre des choses ?

Lire la suite »