Une traduction dans Jentayu 9 !

Le 4 février 2019

A chacun de ses numéros, la revue Jentayu invite à traverser les frontières et à partir en voyages littéraires vers l’Asie. Pour cette nouvelle édition, la revue va plus loin et consacre son neuvième numéro au thème de l’exil. Qu’il soit volontaire ou forcé, personnel ou collectif, physique ou métaphorique. Migration, éloignement, séparation… : des questions d’une actualité toujours brûlante dans les littératures contemporaines d’Asie.

Lorsque j’ai lu l’appel à textes pour ce numéro sur le thème de l’exil, je m’apprêtais moi-même à partir en voyage, à retrouver la Malaisie, avec une première étape à Singapour. C’était l’été dernier. Au cours de mon séjour singapourien, j’ai visité la jolie librairie indépendante BooksActually dans le quartier de Tiong Bahru, et c’est là que j’ai été littéralement appelée par Mother of All Questions, recueil poétique de Grace Chia, auteure de la cité-État. C’est un ouvrage, publié par Math Paper Press, dans lequel Grace Chia aborde de nombreux thèmes articulés autour d’une thématique centrale explorant ce que c’est d’être femme. J’ai été totalement séduite par ce recueil et particulièrement touchée par les poèmes de la première partie Where is home? [C’est où ta maison ?]. C’est de cette partie que sont extraits les trois poèmes – Nage du chienGwóngdūng Wá et Je suis l’enfant de ma mère – que j’ai proposés à Jentayu et qui sont publiés dans ce neuvième numéro. Vous pouvez en découvrir des extraits ici et . J’ai également eu le plaisir d’échanger avec Grace Chia et vous pouvez lire cet entretien ici.
Encore mille mercis à Grace Chia, à Jérôme Bouchaud, directeur de publication des éditions Jentayu, et à Kenny Leck qui gère à la fois BooksActually et Math Paper Press, pour leur confiance.

Lire la suite »

« Lettre à mon dress-ring » à haute voix

Le 22 janvier 2019

Photo : Justin Alexander Bartels

Comme promis hier, voici la mise en voix de Lettre à mon dress-ring.
Pour ce texte particulier, je n’ai pas vraiment fait de montage, je n’ai pas ajouté de sons ni d’effets, pas de chant.
Je l’ai dit en un souffle et me suis mise à voix nue :

Lettre à mon dress-ring

Le 21 janvier 2019

Photo : Justin Alexander Bartels

Lettre à mon dress-ring

Tu m’enlaces
moi ta bombasse
Tu m’embrasses
moi ta badass

Tu me serres
en tes serres
Tu m’enserres
en tes fers

Tu m’imprimes
tu m’comprimes
tu m’abîmes
tu m’déprimes

Lire la suite »

Sois Elle et lèvres-toi

Le 17 janvier 2019

Illustration : Art Intersection

Je vous ai déjà parlé de ma performance Sois Elle et lèvres-toi ici et .
Samedi dernier, j’ai eu la joie de la présenter à nouveau, dans le cadre du vernissage de l’exposition Ying Yang du collectif Art Intersection, à la galerie La Source à La Teste de Buch.
Mon amie Christine Saint-Geours m’a fait la jolie surprise de faire tourner son enregistreur pendant mon intervention. Je vous offre donc cette version audio de la performance. Evidemment, la performance est tout autant sonore que visuelle, mais je trouve que l’expérience de l’écoute sans l’image est également intéressante. C’est l’exploration d’une autre dimension. Bonne écoute à vous !

Lire la suite »

Sortil-être/Embruje-ser

Le 8 janvier 2019

« Très doucement, pour ne pas éveiller le papillon. »
Haruki Murakami, 1Q84, Livre 1, traduit du japonais par Hélène Morita

« Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour, Avant qu’elle le veuille. »
Cantique des cantiques

Sortil-être

J’avais oublié
la déferlante des papillons, le frôlement alangui de leurs ailes suaves au secret du ventre
le grondement qui bouillonne, ébranle, renverse, appelle à rugir l’assoupi tapi
le déchaînement sauvage des battements qui coupe le souffle et propulse au bord de la suffocation d’euphorie

le sommeil qui se dérobe ou se peuple de songes étranges

l’effervescence fiévreuse qui lentement s’infiltre dans l’arborescence du sang jusqu’en l’âme du moindre atome
l’émoi déboussolé qui pénètre la moindre parcelle de chair et fait entrer l’être en possession
l’esprit qui s’absente, les pensées lascives, lévitation extatique

Lire la suite »

Bonne année 2019 !

Le 1 janvier 2019

Photo de la série « Flowerworks/Fleurs d’artifice » de Sarah Illenberg

Mille fleurs s’épanouissent
dans la nuit du jour de l’an
Mille peurs s’évanouissent
sous le gui des deux amants

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Rencontres – L’inattendu(e)

Le 31 décembre 2018

Île de Kampa, Prague
Patricia Houéfa Grange, 2017

Le dernier volet de cette série « Rencontres » pour l’année 2018 est un texte que j’ai écrit pour le dit. Un texte que je ne cesse de tisser et retisser au gré de mes déambulations pragoises depuis plus d’un an et demi. J’avais envie de le partager ici en cette nuit de passage vers l’an nouveau.

Ce n’est pas un texte réellement bilingue. C’est un texte dans lequel deux langues se tiennent par la main et dansent ensemble, saupoudrées de pincées d’autres langues. Français et espagnol, un peu de fon, un soupçon d’anglais. Voilà. Je n’en dirai pas plus. Je vous laisse écouter :

Lire la suite »

Le parfum des daphnés

Le 30 décembre 2018

Le parfum des daphnés
Claire-Lise Coux, 2018

Après Kemenyan, c’est à nouveau sous le signe des fragrances que Claire-Lise Coux nous livre sa nouvelle offrande poétique. C’est aux daphnés, fleurs hivernales au parfum puissant, qu’elle confie le soin de nous enchanter.

Une seule fleur
Sur l’épiderme du jour
Et le ciel tout entier noyé
Dans l’encre de ses pétales.

Lire la suite »

Incarnat

Le 28 décembre 2018

Source de l’image

Incarnat

Je suis sortie à l’heure où le crépuscule fait couler un filet de sang en liséré sur l’horizon et le laisse s’épanouir en corolles rose satiné entre les soupirs mauves des nuages.

Je suis sortie à l’heure où mes pensées font bruire l’écho de ta voix en pulsations sur ma fièvre et le laissent crépiter en incandescences ardentes entre les friselis exquis de mon ivresse.

Coupole carmin autour de moi.

Ombelles cinabre partout en moi.

Un oiseau bat des ailes et déjà les étoiles se sont emparées de l’immensité du ciel.

Un frisson court dans mon vertige et déjà ton rire a essaimé dans le jardin de mon souffle.

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Pantoun prière

Le 26 décembre 2018

Photos : Eric Grange, tous droits réservés

Enfants petits, petites prières
face à la divinité géante.
Enfants grandis, grandes misères
face à la fatalité béante.

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Toute la série des photopoèmes du Népal ici.

L’intégralité des « Portraits de Katmandou » est à visiter .

Si vous appréciez les photos de mon frère que je vous fais régulièrement découvrir ici, n’hésitez pas à soutenir le projet « Sky and Ice » dont il fait partie. Merci.