Mélancolie du déluge

Le 16 avril 2019

Mélancolie du déluge
Patrick Breton
Au Pays Rêvé, 2017

Sur les eaux du grand désastre
flottent des éperons d’ancolie
Les âmes sauvées par les astres
surnagent la mélancolie

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

J’ai écrit le pantoun ci-dessus il y a une quinzaine de jours, en émergeant de la lecture de Mélancolie du déluge de Patrick Breton. Voici un livre à bord duquel il ne faut pas embarquer lorsqu’on est en état de dépression ou de déprime ! Et pourtant voici un livre lumineux.

Tout y est concentré. Toutes les peurs et les angoisses qu’on peut légitimement ressentir actuellement face à toutes les crises et catastrophes qui semblent se préparer : dérèglements climatiques, environnement bafoué, ressources de la planète malmenées, montée en puissance des extrémismes, accentuation des replis identitaires ou communautaires, Histoire qui paraît bégayer. Il semble en effet faire un temps de fin des temps. Ou du moins de fin d’un monde « tel qu’on l’a connu ». Car au final, sans vouloir le déflorer, ce que dit ce roman, c’est qu’un autre monde est toujours possible et qu’on peut se survivre à soi-même.

Lire la suite »

On parle de l’Anthologie littéraire décadente

Le 9 avril 2019

A la fin de l’année dernière, je vous ai présenté Xélucha et partagé avec vous mon expérience de traduction de ce texte fascinant pour le premier volume de l’Anthologie littéraire décadente des Editions de l’Abat-Jour.
Comme vous le savez, ce recueil est désormais disponible. Il a rencontré ses premier-e-s lectrices-teurs et elles et ils en parlent :

– Sur Paludes, l’émission littéraire qui brasse du vent ! (Paludes 887 du vendredi 11 janvier 2019)

– Sur La Cause Littéraire (Note de Patryck Froissart du 18 mars 2019)

– Sur scifiuniverse (Article de Nathalie Z. du 5 avril 2019)

Revue Jentayu – Hors-série Indonésie

Le 5 avril 2019

La mort est partout présente qui lie entre elles les différentes escales de cette escapade en Indonésie proposée par la revue Jentayu. Non, ne partez pas en courant ! Abandonnez donc vos considérations occidentales, cela fait partie du voyage ! Faire chemin avec la mort ne revient pas nécessairement à traverser des paysages macabres ou funèbres. Elle peut être une compagne particulièrement vivante – et même drôle, voire cynique ! Vous ne me croyez pas ? La lecture de ce troisième hors-série de Jentayu vous détrompera.

Lire la suite »

Effleurage

Le 3 avril 2019

Iris par Ohno Bakufu
Source de l’image

Effleurage

Des étoiles de forsythia fleurissent au bout de tes doigts lorsque tu les vagabondes sur moi. Tes pollens mutins saupoudrent de chatouilles mes muqueuses alanguies. Glaçage fripon.
Me butinent tes murmures-arum lie de vin.
Me lutinent tes morsures, tendre rhum divin.
Quelque chose de toi s’enlierre en mon sein. Aux lèvres de mes sources tu fais sourdre des brassées d’iris versicolores.

Alors je crache des lilas dans le ciel englyciné.

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Le chant des étoiles

Le 26 mars 2019

© Y. Beletsky, Wikimedia Commons, CC by 4.0

Nébuleuse

Les novae transpercent le ciel
empyrée filtré à la passoire
d’une traînée de poudre stellaire
Entre mes lèvres le téton du ravissement
Sur ma langue le lait de la béatitude
J’avale le cosmos ajouré par les astres
et la dentelle de mes sources sanguines frémit
J’expulse un soupir irisé de colère joyeuse
qui éventre mon sommeil d’un éclat de rire
Alors la joie m’accouche et je deviens une voix
de la chorale des étoiles
Lire la suite »

La voix de l’oiseau/La voz del pájaro/The bird’s voice

Le 18 mars 2019

Self Portrait as a Falling Angel
Jana Brike

Au bout de la nuit
l’oiseau chante
à travers mes rêves

Est-ce un chant
ou un message
glissé sous mes yeux clos ?

Lire la suite »

Dessins de silences

Le 18 mars 2019

Dessins de silences
Habib Dakpogan
Vénus d’ébène Editions (Bénin), 2017

J’ai passé le mois de février au Bénin, le pays de mon enfance, de mon adolescence et de mes premiers cris poétiques. Je souhaitais profiter de ce séjour pour prendre la température de la scène poétique actuelle. Je me suis donc rendue à la librairie Notre-Dame, celle que je fréquentais le plus souvent lorsque j’habitais à Cotonou et que j’étais en quête de littérature béninoise. Il m’a été difficile de trouver des recueils poétiques récents écrits par des auteur-e-s béninois-es. Mais je suis revenue notamment avec ces Dessins de silence d’Habib Dakpogan et c’est un véritable coup de cœur ! Cerise sur le gâteau, le jour où j’ai fait mes achats, il était lui aussi dans la librairie et j’ai ainsi pu avoir une dédicace !

Lire la suite »

Après la pluie, une tourterelle

Le 1 mars 2019

Photo : Patricia Houéfa Grange, Cotonou, Bénin, 2019

Quand la pluie s’est arrêtée
la tourterelle près de moi s’est posée
Quand la pluie s’est arrêtée
la tourterelle pour mon cœur seul a chanté
Quand la pluie s’est arrêtée
pour moi et moi seule la voix de l’oiseau s’est élevée

Lire la suite »

Une traduction dans Jentayu 9 !

Le 4 février 2019

A chacun de ses numéros, la revue Jentayu invite à traverser les frontières et à partir en voyages littéraires vers l’Asie. Pour cette nouvelle édition, la revue va plus loin et consacre son neuvième numéro au thème de l’exil. Qu’il soit volontaire ou forcé, personnel ou collectif, physique ou métaphorique. Migration, éloignement, séparation… : des questions d’une actualité toujours brûlante dans les littératures contemporaines d’Asie.

Lorsque j’ai lu l’appel à textes pour ce numéro sur le thème de l’exil, je m’apprêtais moi-même à partir en voyage, à retrouver la Malaisie, avec une première étape à Singapour. C’était l’été dernier. Au cours de mon séjour singapourien, j’ai visité la jolie librairie indépendante BooksActually dans le quartier de Tiong Bahru, et c’est là que j’ai été littéralement appelée par Mother of All Questions, recueil poétique de Grace Chia, auteure de la cité-État. C’est un ouvrage, publié par Math Paper Press, dans lequel Grace Chia aborde de nombreux thèmes articulés autour d’une thématique centrale explorant ce que c’est d’être femme. J’ai été totalement séduite par ce recueil et particulièrement touchée par les poèmes de la première partie Where is home? [C’est où ta maison ?]. C’est de cette partie que sont extraits les trois poèmes – Nage du chienGwóngdūng Wá et Je suis l’enfant de ma mère – que j’ai proposés à Jentayu et qui sont publiés dans ce neuvième numéro. Vous pouvez en découvrir des extraits ici et . J’ai également eu le plaisir d’échanger avec Grace Chia et vous pouvez lire cet entretien ici.
Encore mille mercis à Grace Chia, à Jérôme Bouchaud, directeur de publication des éditions Jentayu, et à Kenny Leck qui gère à la fois BooksActually et Math Paper Press, pour leur confiance.

Lire la suite »

« Lettre à mon dress-ring » à haute voix

Le 22 janvier 2019

Photo : Justin Alexander Bartels

Comme promis hier, voici la mise en voix de Lettre à mon dress-ring.
Pour ce texte particulier, je n’ai pas vraiment fait de montage, je n’ai pas ajouté de sons ni d’effets, pas de chant.
Je l’ai dit en un souffle et me suis mise à voix nue :