Revue Pantouns – Et de 20 !

Le 20 août 2017


20ème édition de la revue Pantouns, une couverture d’un noir lumineux, des points qui se métamorphosent en lucioles, en bulles de champagne, pour célébrer cet anniversaire et toutes les belles rencontres nées des (mé)tissages pantouniques !

Au départ, ce numéro anniversaire devait revenir aux racines du pantoun à travers le thème « remise en forme(s) » – à savoir un respect strict des règles du pantoun malais – assorti du régime complémentaire « fruits et légumes ». Si ces deux thèmes sont effectivement présents dans la sélection qui a ensuite été partagée entre les catégories « traditionnelles » du pantoun (amour, amitié, temps/nostalgie, sagesse …), ce qui ressort d’abord et avant tout de ce 20ème numéro, ce sont effectivement des fruits, mais ceux des rencontres qui naissent, des chemins qui se croisent, des horizons qui s’élargissent. Après tout, Pantun Sayang, c’est d’abord une histoire d’amour – celle du pantoun et des genres brefs, et d’amitié – celle qui unit les sympathisants de l’AFP.

Lire la suite »

Déambulations pragoises 7 (fin) – La Vltava et ses ponts

Le 11 août 2017

Le Pont Charles et le Château de Prague
Photo : Mariposa

J’aime les villes en bord d’eau. Les villes dont le coeur est traversé par un fleuve, une rivière. Prague n’a pas dérogé à la règle. Le charme a agi et il s’est vraiment passé quelque chose entre la Vltava et moi. Bien des fois au cours de cette jolie semaine, je suis venue vers elle, par petits bouts, rive droite, rive gauche. Et au final, je lui ai consacré la dernière journée de mon séjour à cheval entre mai et juin.

Lire la suite »

Spada de Bogdan Teodorescu

Le 11 août 2017

Spada
Bogdan Teodorescu (Roumanie)
Collection Agullo Noir
Agullo Editions, 2016

Ca commence comme un polar. Dans Bucarest, on retrouve, les uns après les autres, des cadavres de délinquants roms, tous assassinés suivant le même modus operandi. Il semblerait bien qu’un tueur en série soit à l »oeuvre.

Mais si vous pensez, à la lecture des tout premiers chapitres, que vous allez suivre une enquête policière, détrompez-vous ! Ces meurtres ne sont qu’un prétexte dont se sert Bogdan Teodorescu pour vous entraîner dans les arcanes peu reluisants des jeux de la politique et du pouvoir en Roumanie.

Lire la suite »

Déambulations pragoises 6 – Parc de Letná

Le 9 août 2017

Sculpture cinétique de métronome au sommet de la colline de Letná
Photo : Mariposa

J’aurais pu vous parler de mon passage au Parc de Letná à la fin de mes déambulations dans Malá Strana. C’est d’ailleurs en quittant Malá Strana que je suis montée au sommet de cette colline et que j’ai parcouru une petite partie du parc. Mais j’ai eu un gros coup de coeur pour l’atmosphère de ce lieu, notamment au moment où j’y suis allée, en fin de journée, et je me suis dit qu’il méritait un chapitre à part, à lui tout seul.

Vue sur la Vltava et ses ponts depuis les marches du Parc de Letná
Photo : Mariposa

Lire la suite »

Cortèges/Et toutes celles qui ne sont … – Dwam Ipomée

Le 9 août 2017

Et toutes celles qui ne sont que la carcasse d’un rêve
Texte : Dwam Ipomée
Illustrations : Maya Mihindou
Collection Cortèges
Ed. Vertébrale, 2016

Extrait :

(…) Les premières larmes, quand tes seins poussent, les nausées, la douleur, le désespoir, le dégoût, pendant les premières règles. Pourtant, toi tu le sais bien que tu n’es pas une fille ! Mais ton corps ne le sait pas. Et même si tu peux fermer les yeux et le cacher, il te le rappelle bien, avec force, douleur et sang, au moins treize fois par an.

Lire la suite »

« Le dit de la Cueilleuse » publié !

Le 6 août 2017

Le dit de la Cueilleuse
Recueil poétique
Patricia Houéfa Grange
Illustration de couverture : Maya Mihindou
Ngo Editions, Collection « Esprit Mwènè », 2017

J’avais commencé à vous parler de ce recueil au début du printemps. J’ai la grande joie de vous annoncer qu’il est désormais publié et d’ores et déjà disponible.
Je viens donc vous en dire un peu plus à son sujet, mais pas trop, pour vous laisser le plaisir de le découvrir à la lecture !

Lire la suite »

Déambulations pragoises 5 – Malá Strana

Le 3 août 2017

Eglise Saint Nicolas depuis Mostecka
Photo : Mariposa

S’il y a un quartier romantique à Prague, pour moi, c’est bien Malá Strana ! « Romantique » au sens de « fait pour les amoureux ». Les rues et les bâtiments colorés sont tout aussi charmants que ceux de Staré Město, mais il y a moins de touristes, et puis un-je-ne-sais-quoi dans l’air qui donne envie d’avoir au creux de la paume le battement tendre du pouls d’une paume aimée …

J’ai parcouru Malá Strana en trois fois, à trois moments différents de la journée.
D’abord tôt le matin, après ma traversée du Pont Charles. Je n’avais vraiment fait que traverser rapidement ce joli quartier, en montant, puis en redescendant de la colline de Hradčany, en fin de journée. Puis, je lui ai consacré toute une après-midi et un début de soirée, parce qu’il le vaut bien.

Lire la suite »

Carnets de Malaisie – Carnet de portraits – Tableaux-portraits finis

Le 1 août 2017

Portraits de mes amis
Dessins et photo : Mariposa, tous droits réservés

Comme je vous l’indiquais dans ma dernière note consacrée à la galerie de tableaux-portraits de mes amis, ça y est, j’ai achevé ce projet dans le projet, qui était le plus important de la partie dessin et travaux plastiques de ces Carnets de Malaisie !

Je suis très contente du résultat, même si je ne suis pas du tout arrivée là où je pensais arriver au départ ! J’étais partie avec une idée en tête, mais cette dernière a beaucoup évolué, et je suis finalement parvenue plus loin que ce que j’avais prévu au début. Un peu plus de six mois de travail au total (pas de façon continue cependant !!!) et un léger post-partum maintenant que cette galerie est prête !

Allez, je vous la présente :

Lire la suite »

Déambulations pragoises 4 – Karlův most & Hradčany

Le 27 juillet 2017

Karlův most (Pont Charles) et le Château de Prague

Le Château de Prague dans le quartier de Hradčany

Ma première rencontre avec le Pont Charles ne m’avait donné aucune envie de l’emprunter ! C’était un samedi en début d’après-midi et il était noir de monde, irrespirable, pris d’assaut par la foule des touristes du week-end ! Je m’étais alors promis de revenir le voir très tôt le matin, étant donné que le jour est pleinement levé dès 4h30 (!!!) et de le traverser à pied pour grimper ensuite vers le quartier de Hradčany et le Château de Prague.

Tour gothique à l’entrée du Pont Charles côté Staré Město (Vieille Ville)

Ainsi fut fait et bien m’en a pris. Ce jour-là, je suis arrivée à l’entrée du Pont Charles, côté Staré Město à 7h45, après avoir traversé paisiblement la ville, en ne croisant que des Pragoises et Pragois se rendant à leur travail, quelques joggeurs et de rares visiteurs matinaux, désireux comme moi d’éviter la foule, mais aussi de profiter des heures les moins chaudes de la journée.

Lire la suite »

Une traduction dans Jentayu 6 !

Le 25 juillet 2017

Après la gourmandise de son numéro 5, la revue Jentayu nous emmène vers la luxure pour ce numéro 6 ! Deux péchés capitaux très cousins pour lesquels j’ai énormément de tendresse et d’intérêt, aussi bien en tant que poète qu’en tant que traductrice ! Autant vous dire que dès que j’ai lu l’appel à traductions il y a quelques mois, et pris connaissance de ce thème « Amours & Sensualités », j’ai tout de suite eu envie d’y participer ! Ma proposition a séduit la revue et j’en ai été comblée !

Fernando Sylvan

Vous pourrez donc lire, dans cette sixième édition, trois poèmes de Fernando Sylvan, homme de lettres du Timor oriental, que j’ai traduits depuis le portugais. Ce sont des poèmes sans titre, portant juste des numéros, extraits de son magnifique recueil, amoureux, sensuel et érotique, Mulher ou o livro do teu nome (« Femme ou le livre de ton nom ») :

Je reviendrai plus longuement, dans une prochaine note de blog, sur ma rencontre avec cet auteur et avec cet ouvrage. Mais vous dire déjà qu’il s’agit d’une oeuvre sublime, que toutes les femmes du monde rêveraient qu’on écrive un tel recueil pour elles, et qu’il a été extrêmement difficile de choisir 3 poèmes (sur les 101 que compte le recueil) pour traduction et publication dans Jentayu ! Pour aller un peu plus loin, j’ai également traduit des extraits d’un article d’Ana Margarida Ramos, consacré à Fernando Sylvan et à son oeuvre, que je vous invite à consulter sur le site de Jentayu.
Vous pouvez également découvrir deux extraits de poèmes ici et .

En cette année 2017, Fernando Sylvan aurait eu 100 ans et le recueil Mulher ou o livro do teu nome a 35 ans. Je suis d’autant plus touchée que ces traductions paraissent pour célébrer ce double anniversaire.

Un vibrant « Muito obrigada » à Jérôme Bouchaud d’avoir accepté de publier mes traductions de ces poèmes dont la langue est aussi simple que frappante, hypnotique et envoûtante ! Sur la période où j’ai travaillé sur ces poèmes, j’ai souvent dormi avec le recueil. L’objet étant ancien et fragile (acheté à une bouquinerie de Lisbonne), beaucoup de pages sont désormais volantes ! Un seul mot pour décrire ma participation à ce numéro : JOUISSANCE !

Lire la suite »