Déconfinement de la douleur

Le 2 novembre 2020
Photo : Patricia Houéfa Grange

Cerise qui coagule
sur les carreaux blêmes

Rapprocher les deux lèvres
de la plaie
Par-dessus l’entaille profonde
de la blessure
Serrer les dents pour mordre-taire
les ricochets-hoquets de douleur
Le ruban de crêpe enserre
la chair-déchirure
tel un python albinos
circonscripteur du sang

Sur le carrelage glacé
les fruits se sont multipliés

Le temps surfile
l’ecchymose
d’une peau neuve
Grêle opercule
paupiérant
l’oeil bleu malvacé
Les jours cicatrisent
la meurtrissure
où s’enracinent les tiraillements

La déconfiture de drupes dégorgées
se métastase en constellations-moisissures
sur le lait qui a tourné

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Lire la suite »

Voyage sonore vers « Cette Malaisie lah! » – Modification du programme

Le 2 novembre 2020
Origami, dessins et photos : Patricia Houéfa Grange
Conception graphique : Fred Bravo

Comme nous sommes désormais re-confiné.e.s, nous sommes dans l’obligation de modifier le programme initialement prévu pour la journée du 7 novembre qui ne se déroulera donc pas en présentiel. Nous vous proposons cependant de faire ce voyage différemment :

Lire la suite »

Tercets de transition

Le 1 novembre 2020
Photo : Patricia Houéfa Grange

Ciel couturé de grues
La lune bleue irradie
la nuit de Samain

Lire la suite »

Traduire Blood – Ac-cueillir « Passeport »

Le 27 octobre 2020
Origami et photo : Patricia Houéfa Grange

Il y a déjà une semaine que Blood, devenu Passeport, s’est envolé vers les librairies ainsi que les lectrices et lecteurs francophones, et ceci sera certainement le dernier épisode de la série que j’ai consacrée à sa traduction.

Lire la suite »

Voyage sonore vers « Cette Malaisie lah! »

Le 26 octobre 2020
Origami, dessins et photos : Patricia Houéfa Grange
Conception graphique : Fred Bravo

Dès le départ, j’ai imaginé Cette Malaisie lah! comme un projet protéiforme, dont le noyau est un diptyque : d’une part, un objet littéraire et d’autre part, un voyage sonore.

Lire la suite »

Traduire Blood – Le champ lexical intime

Le 13 octobre 2020
Photo : Noelle Q. de Jesus
recadrée par Patricia Houéfa Grange

Ca y est, c’est le dernier virage avant la parution officielle de Passeport, premier recueil de nouvelles de Noelle Q. de Jesus que j’ai la grande joie d’avoir traduit !

Lire la suite »

Tercet-grotte

Le 13 octobre 2020
Photo : Patricia Houéfa Grange

Tu ouvres ma deuxième bouche
mon troisième œil
Grain fiévreux sur l’écume de mes veines

Abres mi secunda boca
mi tercer ojo
Turbonada febril sobre la espuma de mis venas

You open my second mouth
my third eye
Feverish squall on my veins’ foam

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés/Todos los derechos reservados/All rights reserved

Traduire Blood – Le temps du tennis

Le 7 octobre 2020

À quinze jours tout pile de sa parution en librairie, il était temps que je revienne vous parler de mon expérience de traduction de Blood que vous pourrez lire, à partir du 20 octobre, sous le titre Passeport.

Lire la suite »

Et ma langue se mit à danser

Le 23 septembre 2020
Et ma langue se mit à danser
Ysiaka Anam
La Cheminante, 2018

Voici le livre solaire – aussi bien par sa couverture, que ses mots, sa langue et son cheminement – avec lequel j’ai entamé mon dernier mois d’été et dont je viens enfin vous parler.

C’est un livre que j’ai eu envie de lire dès sa parution. Tout m’appelait vers lui. Ce titre, avec le mot « langue » si important pour la traductrice et poète que je suis ; avec le mot « danser » si parlant pour l’artisane de la voix haute et du corps que je suis. Cette couverture, avec ses couleurs vives, ce motif de tissu très inspiré du wax et cette petite fille, j’avais l’impression que l’ensemble aurait pu constituer mon portrait d’un autre temps par un Omar Victor Diop. Et cette quatrième de couverture qui parle d’enfance, d’exil, de silence, de transmission, de lieu d’appartenance, de quête identitaire. Tout m’appelait vers lui et à présent que je l’ai lu, j’ai été si remuée et si bouleversée que je ne sais par quel bout le prendre pour vous le présenter.

Lire la suite »

Apogée

Le 9 septembre 2020

Au zénith de ton regard
il fait des bleus lagunaires
qui sondent mes yeux jusqu’au trouble
Au midi de ton toucher
il fait des douceurs crépusculaires
qui voyagent ma peau jusqu’au frisson
À la verticalité de ton dit
il fait des complicités gémellaires
qui étincellent mon âme jusqu’à bouleversement
Tu viens à moi
telle une connivence en chair connue
ô mon si tant-aimé, envolons-nous pour les Ébats-Unis

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés