Traduction en cours – Suite

Le 30 août 2021
Paysage falaises Îles Shetland Ecosse
Laurent Cocherel
Source de l’image

Je viens de rédiger la toute dernière ligne d’une traduction au long cours avec laquelle je serai en compagnonnage une bonne partie de cette année. Je vous en avais déjà parlé il y a quelques mois.

C’est la traduction d’une novella assez dense et intense et il m’aura donc fallu six mois pour aboutir au premier jet de la traduction intégrale. Il me reste encore énormément de travail : faire fondre les dernières résistances puis peaufiner les détails aussi bien sur le fond que la forme.
En effet, s’il s’agit bien d’un récit et pas d’un long poème, s’il n’y a pas de versification, ce texte est cependant extrêmement poétique et parcouru de figures de style, notamment d’allitérations, les sons ayant une place centrale dans cette histoire. Affiner la restitution de ces allitérations est certainement ce qui m’occupera le plus au cours de l’étape de peaufinage. Bien entendu, je ne pourrai pas tout reproduire, et je ne pourrai pas reproduire à l’identique. Mais je ferai mon maximum pour qu’il n’y ait pas trop de pertes et pour trouver des compromis heureux. C’est un énorme défi, de ceux que j’aime relever.

D’ici là, je savoure l’aboutissement de cette première étape, je suis heureuse de voir apparaître l’ébauche de ce récit horrifique en français, tel un personnage se présentant pour le premier essayage d’un costume, que je m’apprêterais à ajuster avant le grand soir de la première d’une pièce de théâtre.
Et cette pièce a pour décor principal les Îles Shetland, en Ecosse, leurs paysages à couper le souffle, leurs faune et flore méconnues, ainsi que leurs mythologie et folklore envoutants. J’ai découvert tout cela que je ne connaissais pas avec énormément d’intérêt. Ce fut un voyage fascinant. J’ai hâte de le partager !



Envoyer un grain de pollen