Rencontres – La peau | Papillons de mots

Rencontres – La peau

Le 23 mai 2018

Le tram traverse les quais. Mes yeux sont posés sur la Garonne dont les eaux se mêlent à la nuit. Double ballottement. Double berceuse.

D’une main, je tiens un livre que mon attention ne retient plus. Il tangue légèrement au bout de mes doigts. De l’autre, je m’agrippe à la barre. C’est jeudi soir. Les étudiants font la fête. C’est bondé, ça grouille, ça a déjà bien picolé, ça chante, ça te pousse gentiment et te chahute un peu, ça crie, ça hurle que ça vit, oui, ça vit, ça vit, ça vit ! Mais je lévite doucement au-dessus de tout ça. Mon être vogue entre les mots et le fleuve. Le brouhaha n’est qu’un bruit de fond tamisé dans l’antichambre de mon esprit.

Soudain, sur ma main, une autre main. Soudain, sur ma peau, une autre peau. Chaud. Doux. Ses doigts se sont posés par mégarde sur mes doigts – je ressens la demi-seconde de surprise – mais ne se retirent pas. Il reste pourtant quelques centimètres libres sur cette barre. Suffisamment pour accueillir une main. Un peu plus haut. Ou un peu plus bas. Chaud. Doux. Aucune hésitation, aucun frémissement, aucun mouvement ne suit la surprise. Ni sur sa peau. Ni sur la mienne. Chaud. Doux. Accueille-t-il comme moi cette sensation de peaux qui se connaissent, se reconnaissent ?

Je ne le vois pas. Il est presque dans mon dos. J’entrevois sa silhouette. Grand. Mince. Disparaissant sous un grand sweat noir à la capuche relevée qui lui mange le visage. Je ne me retourne pas. Ses doigts toujours sur ma main. Chaud. Doux.

Deux ou trois stations. Une légère pression de sa main sur mes doigts. Presque imperceptible. Sa peau ne se retire pas. Elle se laisse glisser sur la mienne comme une caresse. Chaud. Doux.

Juste au moment où il franchit la porte du tram, nous nous retournons faiblement l’un vers l’autre. Juste le temps pour moi de recevoir l’intensité de son regard vert transparent. Quelques secondes de pétillement dans ce ciel de jade. Juste le temps de happer le cri tricolore au dos de son sweat « Sahara libre ! »

Patricia Houéfa Grange
Tous droits réservés

Pour lire l’ensemble des textes de la série « Rencontres », c’est par ici.



2 grains de pollen to “Rencontres – La peau”

  1. Claire Lise dit :

    Aussi délicieux et puissant que Le parfum. Une série qui s’annonce vertigineuse.

RSS feed for comments on this post. And trackBack URL.

Envoyer un grain de pollen