Histoire sans parole

Le 2 avril 2016

cercles-concentriques-se-chevauchent_21-94614522

Frôler l’aura d’une âme inconnue
Se sentir bien dans le cercle
de son espace vital
Juste quelques secondes
Etre en intimité
Tendre.

***

Telle est prise qui croyait prendre
Telle éprise qui croit éprendre.

Patricia Houéfa Grange
Avril 2016, tous droits réservés.

wassily-kandinsky-plusieurs-cerclesWassily Kandinski

Je me dis que ces deux courts textes pourraient former un triptyque sympathique avec mon poème Un baiser. Il ne me reste plus qu’à lui trouver un joli petit titre (au triptyque).



4 grains de pollen to “Histoire sans parole”

  1. Gatien dit :

    « Telle est prise qui croyait prendre
    Telle éprise qui croit éprendre. »
    Joli jeu sur les sonorités, fallait y penser !

    Effectivement, les trois iraient bien ensemble 🙂

    • Mariposa dit :

      Merci Gatien ! Il y a un peu du jeu du pantoun dans ce distique !
      Je pense que la pratique pantounique a ouvert de nouvelles connexions dans mon cerveau qui stimulent ma créativité sur d’autres jeux poétiques 😉

  2. Monique dit :

    Très jolis, en effet! distique et poèmes…

RSS feed for comments on this post. And trackBack URL.

Répondre à Monique