Plus que parfaits – Corps augmentés en scène

Le 6 septembre 2015

spectacle-expoetePlus que parfaits – Corps augmentés en scène
Exposition d’été 2015 de l’Opéra de Bordeaux

« Mon coeur est une penderie dans laquelle tous les costumes de mes personnages sont accrochés »
Simone Signoret

DSCN9168Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9169Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9170Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

Vendredi dernier, je suis allée visiter l’exposition d’été de l’Opéra Grand-Théâtre de Bordeaux : Plus que parfaits – Corps augmentés en scène. Cette exposition présente les divers artifices qui permettent de modifier, sculpter, modeler et habiller le corps des interprètes des opéras et ballets (perruque, postiche, faux-cul, crinoline, tournure, fausses hanches, vertugadin, faux ventre, robes, kimonos et autres costumes et accessoires) afin de les faire correspondre au mieux à leur personnage. Elle montre ainsi comment, à travers les époques et les modes, le corps a été/est augmenté ou comprimé pour passer du corps naturel de l’artiste au corps culturel du personnage. Elle offre un voyage dans le travail de création et d’artisanat délicat et minutieux des costumiers, mais aussi une balade socio-anthropologique dans notre relation au corps et au vêtement.

En déambulant dans les magnifiques salons de l’Opéra, on prend très vite conscience que les costumes sont des personnages à part entière de l’oeuvre, même s’ils paraissent morts ou fantomatiques ainsi posés sur des mannequins, on se surprend parfois à sursauter en les imaginant se mettre en mouvement …

DSCN9173Méduses fantomatiques
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9174Perruque renversante !
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

Cette perruque à bateau m’a rappelé le passage d’un ouvrage lu et relu dans mon enfance, qui appartenait à ma mère, dont l’univers et les illustrations me fascinaient, « Sophie Patte-en-l’air » de Marie-Louise Ventteclaye.

DSCN9175Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

« Oui, l’habit ça flatte toujours ; et ce n’est pas moi qui suis élégant, c’est mon costume. »
Marcel Pagnol, Fanny.

DSCN9176Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9177Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9179Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9180Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9182Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9183Détail
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9185Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9186Détail
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9187Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9188Détail
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

« Le costume est toujours un moment hyper important dans la construction d’un personnage. »
Romane Bohringer, Evene, Mai 2006

DSCN9189Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9190Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9192Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9194Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

Corps sans visage …

DSCN9195Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9196Corps mécanique (steampunk ?)
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9197Corps mécanique – Détail
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9198Prendre ses jambes à son cou
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9200Prendre ses jambes à son couPhoto : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9199Ange noir
Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9201Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

Faux tatouages, vrais kimonos, faux yakuzas …

DSCN9202Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9203Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9204Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9205Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

Porter les dessous dessus

DSCN9206Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9208Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9207Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

Sur la robe elle a un corps
Blaise Cendrars

Le corps de la femme est aussi bosselé que mon crâne
Glorieuse
Si tu t’incarnes avec esprit
Les couturiers font un sot métier
Autant que la phrénologie (1)
Mes yeux sont des kilos qui pèsent le sensualité des femmes
Tout ce qui fuit, saille avance dans la profondeur
Les étoiles creusent le ciel
Les couleurs déshabillent
« Sur la robe elle a un corps »
Sous les bras des bruyères mains lunules et pistils quand les eaux se
déversent dans le dos avec les omoplates glauques
Le ventre un disque qui bouge
La double coque des seins passe sous le pont des arcs-en-ciel
Ventre
Disque
Soleil
Les cris perpendiculaires des couleurs tombent sur les cuisses
Il y a des mains qui se tendent
Il y a dans la traîne la bête tous les yeux toutes les fanfares tous les
habitués du bal Bullier (2)
Et sur la hanche
La signature du poète

(1) théorie selon laquelle les bosses du crâne reflètent le caractère
(2) bal célèbre pour ses soirées dansantes de 1850 à 1940

« On finit toujours par se mouler dans les costumes que les autres nous taillent. »
André Brink, Le vallon du diable

En imposer …

DSCN9210Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

DSCN9211Photo : Patricia Grange, tous droits réservés

Vous pouvez encore aller voir cette expo cette après-midi, c’est le dernier jour. Sinon, j’espère que cette petite promenade photo-littéraire vous consolera.

« Qui sommes-nous quand nous ne sommes plus rien, une fois tous les costumes et les masques enlevés ? »
Pauline Harvey, Un homme est une valse



4 grains de pollen to “Plus que parfaits – Corps augmentés en scène”

  1. Gatien dit :

    Que les artifices pour modeler le corps sont multiples et ingénieux !

    Les 2 premières photos me font penser à… un dessin animé de mon enfance ! « Les chevaliers du zodiaque » (aux armures d’or que l’on y voit).

  2. Claire-Lise dit :

    J’ai fait un écho dans mon blog à ton beau billet en publiant le « Poème pour la robe future » de Joseph Delteil. Quel bonheur de m’avoir fait relire ce magnifique poème de Blaise Cendrars si bien choisi !

RSS feed for comments on this post. And trackBack URL.

Répondre à Claire-Lise