Hiver sayang

Le 10 novembre 2014

chat pullSource de l’image

Le chat pétrit le pull-over
il adopte son odeur par choix.
Mon corps embrasse l’hiver
il adopte enfin mon choix.

Mariposa à Bordeaux le 23 octobre 2014 à 18h

chat pull 2Source de l’image

***

Cela fait 16 ans que je vis en France. Et le moment le plus difficile pour moi jusque-là, c’était l’arrivée de l’hiver, l’arrivée du froid. Dès que les températures commençaient à baisser à la fin du mois d’octobre, la nostalgie commençait à m’imprégner et me dévorer petit à petit pour ne plus me lâcher avant l’arrivée du printemps et son souffle de renaissance. Je n’ai jamais pu passer les fêtes de fin d’année emprisonnée dans des pulls et des manteaux, sans penser aux pique-nique de fin d’année sur la plage qui ont jalonné mon adolescence. Pendant 16 ans, mon corps a refusé de s’habituer.

Et cette année, il m’a surprise. Quand j’ai commencé à ressentir le froid, j’ai immédiatement été plongée dans l’atmosphère des fêtes de fin d’année. J’ai eu envie de faire des biscuits et passé plusieurs après-midi à confectionner des spéculoos, des cookies, des madeleines aux épices. Cela m’a presque fait plaisir d’endosser mon manteau et d’enfiler mes collants pour la première fois de la saison il y a quelques jours …

Il y a longtemps que je sais avoir fait le bon choix en m’installant ici. Mon esprit est serein et en plénitude ici, pour le moment en tout cas, cela changera peut-être un jour. Je ne m’impose pas de frontières. Mais désormais je sais que mon être entier, corps compris, adhère à cette décision.

Et dans les minutes qui ont suivi cette prise de conscience, ce pantoun est venu sous ma plume, tout aussi naturellement, comme un prolongement de ce baiser que mon corps donnait à l’hiver.

real_chaton_servietteSource de l’image



4 grains de pollen to “Hiver sayang”

  1. Monique dit :

    Très beau pantoun et très beaux chats, Patricia. Tes impressions d’hiver me ramènent à mon épisode de vie provençale et à la difficile acclimatation hivernale. Ces vêtements à rajouter, comme ils me pesaient. Mais paradoxalement, c’est la fin de l’hiver (trop lente à venir) que je supportais le moins bien. Bref, je n’ai pas tenu plus de 7 ans!
    … Mais je n’avais pas pensé aux cookies!

    • Mariposa dit :

      Et oui, l’hiver a ses bons côtés, Monique ! Et je les apprécie de plus en plus. Le plaisir de marcher les jours de soleil et grand froid sec ; de se cocooner dans un gros plaid au fond du canapé, avec un peu de thé et une pile de livres ; cuisiner des plats mijotés qui cuisent longtemps en parfumant la maison ; faire des biscuits de toutes sortes, pleins d’épices, à n’en plus finir, surtout quand les fêtes approchent, pour les offrir autour de soi !

  2. François dit :

    Belle adaptation, belle acceptation de ce qui est, maugréer ne changerait pas le temps, c’est vrai que je connais plein de gens qui se plaignent des fêtes, « vivement que ce soit fini ! », « il y a d’autres occasions ! », et bien je ne suis pas si sûr qu’il y ait tant d’occasions que cela, carpe diem, acceptez l’instant, pour soi, pour les autres, refuser l’aspect commercial, garder la spontanéité du don, belle leçon en tout cas, merci bien !

RSS feed for comments on this post. And trackBack URL.

Répondre à Mariposa