Coup de coeur pour Obi Nwokedi

Le 1 septembre 2014

black-barbie-nigerian-wedding1Photo : Obi Nwokedi

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas posté un petit coup de coeur, non ?

Pour ce coup de coeur photographique, j’ai craqué pour le travail d’Obi Nwokedi, photographe nigérian, mais surtout pour ce projet-shooting particulier : Black Barbie and Ken’s Nigerian traditional wedding (à savoir « Le mariage traditionnel nigérian de Barbie et Ken noirs »).

Ce qui m’a plu ?
– L’idée de mettre en scène des poupées noires (on en voit encore très peu)
– L’idée de recréer toutes les étapes du mariage traditionnel nigérian, yoruba, (de la préparation de la mariée au repas et aux danses endiablées, en passant par la demande en mariage proprement dite et le rituel de la pose de la coiffe sur la tête du marié par la mariée) dans une sorte de roman-photo sans parole
– Le souci du détail, de tous les moindres petits détails !

Voyez plutôt :

barbie-wedding-014Photo : Obi Nwokedi

slide_235805_1161985_freePhoto : Obi Nwokedi

barbie-wedding-on-black-bridal-bliss-2Photo : Obi Nwokedi

barbie-wedding-025Photo : Obi Nwokedi

barbie-wedding-036-300x200Photo : Obi Nwokedi

oko-iyawoPhoto : Obi Nwokedi

black-barbie-nigerian-wedding7Photo : Obi Nwokedi

barbie-wedding-044Photo : Obi Nwokedi

BeFunky_barbie-wedding-030Photo : Obi Nwokedi

barbie-wedding-34Photo : Obi Nwokedi

Et après la fête …. huhuhuhu !!!

slide_235805_1162118_freePhoto : Obi Nwokedi

Retrouvez toutes les photos de ce fabuleux mariage par ici.

***

Limbé

 Rendez-les moi mes poupées noires
qu’elles dissipent
l’image des catins blêmes
marchands d’amour qui s’en vont viennent
sur le boulevard de mon ennui

Rendez-les moi mes poupées noires
qu’elles dissipent
l’image sempiternelle
l’image hallucinante
des fantoches empilés féssus
dont le vent porte au nez
la misère miséricorde

Donnez-moi l’illusion que je n’aurai plus à contenter
le besoin étale
de miséricordes ronflant
sous l’inconscient dédain du monde

Rendez-les moi mes poupées noires
que je joue avec elles
les jeux naïfs de mon instinct
resté à l’ombre de ses lois
recouvrés mon courage
mon audace
redevenu moi-même
nouveau moi-même
de ce que Hier j’étais
hier
sans complexité
hier
quand est venue l’heure du déracinement

Le sauront-ils jamais cette rancune de mon cœur
A l’œil de ma méfiance ouvert trop tard
ils ont cambriolé l’espace qui était le mien
la coutume
les jours
la vie
la chanson
le rythme
l’effort
le sentier
l’eau
la case
la terre enfumée grise
la sagesse
les mots
les palabres
les vieux
la cadence
les mains
la mesure
les mains
les piétinements
le sol

Rendez-les moi mes poupées noires
mes poupées noires
poupées noires
noires
noires

Léon-Gontran Damas
Pigments

***

Et si vous aimez les poupées noires, cette page est peut-être faite pour vous.



2 grains de pollen to “Coup de coeur pour Obi Nwokedi”

  1. Monique dit :

    Très beau le texte sur les poupées noires. Et je trouve aussi qu’il n’y a pas suffisamment de poupées noires… quelques-unes quand même dans les baba shifon faites à la Réunion, ce serait bizarre autrement. Maintenant le concept « Barbie » (rose ou marron) me laisse assez indifférente.
    Et cette anecdote sur le problème de représentation que génère la prédominance du « blanc »: lors d’un atelier de haïkus illustrés, une petite fille de type mahorais, très mignonne avec sa peau caramel, son petit air malicieux et ses cheveux « boulonnés », se représente en illustration et je la vois prendre un crayon rose pour « se peindre »!

RSS feed for comments on this post. And trackBack URL.

Répondre à Monique