Bordeaux – Los Angeles

Le 7 juillet 2014

los-angeles-bordeaux

A l’occasion de ses 50 ans de jumelage avec Los Angeles, la ville de Bordeaux organise 4 expositions mettant en avant des artistes de la ville californienne et les liens existant avec la scène artistique bordelaise. J’ai visité 3 de ces 4 expositions, la 4ème ne débutant qu’à la fin du mois d’août. Et deux de ces expositions m’intéressaient particulièrement car elles présentent le travail d’artistes Mexicains Américains, ceux qu’on appelle les Chicanos.

En effet … Il y a 11 ans (en 2003), j’ai passé un mois et demi en Californie, dans le cadre d’une université d’été à Berkeley, près de San Francisco. Cela m’a donné l’occasion de faire de belles excursions en Californie, mais je n’ai pas pu aller à Los Angeles, ce qui reste un gros regret. Il y a 10 ans (en 2004), j’ai passé 6 mois au Mexique dans le cadre d’un stage de fin d’études et j’ai eu l’occasion d’y découvrir à maintes reprises les relations très particulières de détestation cordiale qu’entretiennent les Etats-Unis d’Amérique et ceux du Mexique.

Aller voir ces expos a été comme une espèce de pèlerinage empli de souvenirs. Et j’y ai aussi beaucoup appris. J’ai découvert des artistes pour lesquels j’ai eu de beaux coups de coeur.

bdx-lax-01

Cette exposition d’art contemporain vise à « faire apparaître les liens qui unissent ces deux scènes aux influences communes (graffiti, street art, comics, underground, courants hip-hop, punk, rock, …) au croisement de l’art et de la pop culture. »

J’ai eu trois gros coups de coeur :

– Zoltron (LA) et son personnage anti-nucléaire Sue Nami qui nous accueille dès l’entrée de l’expo :

Zoltron - Sue Nami

Zoltron Atelier KobaltPhoto : Atelier Kobalt

– Mike Stilkey (LA) et ses gigantesques sculptures de livres dont il peint la tranche :

Mike Stilkey - Station AusonePhoto : Station Ausone

– BMD Design (BDX) et son sublime style puisant dans le vintage et la calligraphie :

bmd - shull_hand-lettering_001Photo : BMD Design

bmd - rosaliePhoto : BMD Design

Exposition Faraway So Close BDX-LA
Espace Saint-Rémi
13 juin – 13 juillet 2014

***

DP-Expo-Chicano-Dream

Je suis entrée dans le vif du sujet avec cette expo. C’est celle où j’ai passé le plus de temps et c’est celle que j’ai préféré. Tant au niveau des oeuvres présentées que des déclarations des artistes exposés.

Tout le long de l’expo, on suit l’histoire de l’immigration mexicaine aux Etats-Unis, les tentatives d’assimilation des aînés, les revendications et la lutte pour les droits civiques des générations suivantes, le métissage culturel de la génération actuelle.

Voici quelques-unes de mes photos :

1 galerie d'affichesGalerie d’affiches à l’entrée de l’expo
Toutes les minorités culturelles unies en une même lutte
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

2 calaverasCollection de calaveras
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

Vincent Valdez :

3 vincent valdezPhoto : Mariposa – Tous droits réservés

4 vincent valdezPhoto : Mariposa – Tous droits réservés

Les héritiers de Diego Riveira, David Alfaro Siqueiros et Jose  Clemente Orozco perpétuent la tradition du muralisme :

5 héritiersPhoto : Mariposa – Tous droits réservés

On peut aussi faire parler les murs grâce à des affiches qui se multiplient au moyen du procédé de la sérigraphie, notamment utilisé par l’atelier Self Help Graphics :

6 Self Help Graphics
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

Shizu Saldamando :
« Il n’y a pas de moi authentique. Nous sommes tous des métis, nous faisons tous partie d’un monde qui change constamment. »
Shizu Saldamando est de père mexicain et de mère d’ascendance japonaise.

Et c’est un de mes deux gros coups de coeur de l’expo :

7 Shizu SaldamandoTableau de Shizu Saldamando
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

8 Shizu SaldamandoTableau de Shizu Saldamando
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

9 Shizu SaldamandoTableau de Shizu Saldamando
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

10 ZacariasTableaux de Zacarias
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

11 Inner landscapeInner Landscape, sérigraphie de Sonia Romero
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

John Valadez :
« J’ai peint ce qui pour moi était le plus évident : ce que nous étions. Je cherche avec ma peinture, à montrer la beauté de ce qui est laid ou ignoré. »

L’expo présente aussi bien des photographies que des tableaux de John Valadez. Les photos qu’il prend lui permettent de reproduire ses modèles sur des toiles géantes (hyperréalistes) ou des fresques murales. John Valadez a d’ailleurs été accueilli en résidence au Musée d’Aquitaine pendant 6 semaines et a réalisé l’oeuvre monumentale qui orne actuellement la façade du musée.

C’est mon deuxième gros coup de coeur de cette expo :

12 John ValadezPool party de John Valadez
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

13 John ValadezOeuvre de John Valadez
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

14 John ValadezOeuvre de John Valadez
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

Les artistes chicanos ont des icônes : la Malinche, la Llorona mais aussi Frida Kahlo :

15 Leo LimonFrida con palomas – Leo LimonPhoto : Mariposa – Tous droits réservés

Yolanda Gonzalez :

16 Yolanda GonzalezTableau et céramiques de Yolanda Gonzalez
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

17 Yolanda Gonzalez18 Yolanda GonzalezCéramiques de Yolanda Gonzalez
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

Et puisque c’est désormais de notoriété publique, je me permets de le dire ici :

19 HH20 HH

C’est en effet le cabinet de traduction où je travaille qui a effectué les traductions pour cette exposition. Pour ma part, j’ai traduit, de l’anglais au français, deux ou trois cartels de tableaux, dont celui du Half-Ass Donkey qui m’a donné un peu de fil à retordre, d’autant plus qu’au moment où la traduction a été faite, je n’avais aucune idée de ce à quoi pouvait ressembler le tableau correspondant. C’est donc avec grand plaisir que je l’ai découvert pendant ma visite :

21 Half Ass Donkey22 cartelHalf-Ass Donkey par Albert Lopez Jr.
Photo : Mariposa – Tous droits réservés

Inutile de préciser que ce type de traduction fait partie des traductions que je préfère réaliser !

A noter la présence dans l’expo de l’adaptation en court-métrage du poème épique  Yo soy Joaquin de Rodolfo « Corky » Gonzalez par le réalisateur Luis Valdez.

A noter aussi une très belle bande son de chants ayant accompagné le mouvement chicano, diffusée dans toutes les salles de l’exposition. Je n’ai pas pensé à en noter les références, mais je vais me renseigner et revenir vous en parler !

Chicano Dream
La collection Cheech Marin (1980-2010)
Musée d’Aquitaine
27 juin – 28 octobre 2014

***

asco no movies

Enfin, la troisième exposition présente des photos et vidéos des performances provocatrices du collectif chicano ASCO. « Asco » signifie « dégoût » ou « nausée » en espagnol.

Collectif qui s’est constitué en réaction à la marginalisation des artistes chicanos et à l’absence de reconnaissance dont ils faisaient l’objet dans les années 1970 à 1980.

Détournant le cliché selon lequel les artistes chicanos ne réalisent que des fresques murales, leurs performances se font fresques vivantes, à l’image de leur Walking Mural.

Evidemment, tout l’intérêt de cette expo est d’aller voir les vidéos des performances du collectif. Il ne sert à rien que je vous mette ici des photos de photos de performance !

Par contre, voici quelques éléments de décor et costumes qu’ils utilisaient pour leur performance et qu’ils fabriquaient eux-mêmes en papier. Le papier est un matériau peu cher qui leur a permis de prouver tout le génie des artistes chicanos qui parvenaient à réaliser des oeuvres somptueuses avec très peu :

décor et costume en papierPhoto : Mariposa – Tous droits réservés

costume en papierPhoto : Mariposa – Tous droits réservés

Je ne peux finalement pas m’empêcher de vous montrer deux photos emblématiques de ce collectif, qui m’ont particulièrement touchée :

asco75a@300dpiAsco par Asco
Les membres du collectif se contorsionnent pour dessiner les lettres qui constituent leur nom

asshole_mural@300dpiAsshole Mural par Asco
Dois-je commenter ?
Tout est dans la photo et le titre de l’oeuvre

ASCO – No movies
CAPC Bordeaux
26 juin – 21 septembre 2014



7 grains de pollen to “Bordeaux – Los Angeles”

  1. Monique dit :

    Quelle fantastique ouverture sur le monde… sur les mondes qui n’arrivent pas jusqu’à mon petit caillou d’île.

    • Mariposa dit :

      Je suis contente de te faire partager mes promenades Monique ! C’est vrai que nous avons la chance à Bordeaux d’avoir de plus en plus de propositions culturelles ! A tel point que parfois on ne sait plus où donner de la tête ! Je le disais il y a encore quelques jours à une amie : quand je suis arrivée à Bordeaux, le week-end, on cherchait ce qu’on allait bien pouvoir faire (ciné et autres sorties traditionnelles mises à part). Aujourd’hui, on ne sait plus quoi choisir tant l’offre est importante et intéressante !
      Alors, je continuerai, ici, à t’ouvrir de petites fenêtres sur mes découvertes !

  2. […] de jours, j’ai passé la journée à visiter des expositions et je vous en ai parlé là et là. Comme je suis passée au CAPC, j’en ai profité pour visiter à nouveau l’exposition […]

  3. Arlette dit :

    Merci, merci….c’est génial d’avoir un guide pour se préparer à la visite d’une expo….Je partage avec vous tout ce qui est dit sur l’expo Chicano Dream….
    Je la digère et retournerai la voir encore une fois…

RSS feed for comments on this post. And trackBack URL.

Répondre à Monique