« L’ultime conviction du désir » de Richard Bohringer | Papillons de mots

« L’ultime conviction du désir » de Richard Bohringer

Le 16 décembre 2011

J’ai fini de lire ce très bel ouvrage il y a déjà quelques jours. Un ouvrage-voyage composé de bouts de carnets gribouillés aux quatre coins du monde sur plusieurs années. Un ouvrage qui dit l’amour de son auteur pour le monde et l’Afrique en particulier, le Sénégal pays où est ancré son coeur. Un ouvrage qui dit son amour pour la littérature, la poésie, les mots. Un ouvrage qui dit son amour pour l’humanité, les gens, ses enfants. Un ouvrage qui dit son amour de la vie dans ses mauvais et ses bons moments, cette rage d’exister dans chaque instant. Un ouvrage-Amour tout simplement.

Quelques extraits encore pour vous dire à quel point je l’ai Aimé :

« Soixante-trois ans. Vouloir la vie comme si j’en avais trente. Un sac à dos épuisant. Des bouts de santé qui foutent le camp. Etre au mieux avec la mémoire. En couleurs ou noir et blanc. Selon le bouleversement.
Toi qui lis ce bouquin, j’écris le désir de la vie. Ecrire à toutes pompes. Comme un fou. Ne pas savoir où aller. Se perdre. Me réfugier. »

« Vivre l’écriture. A la folie. N’avoir aucun génie. Juste la vie vécue. La transcendance et l’espérance. L’inspiration. Tuer l’inspiration au profit des belles lettres. Les spadassins traînent dans les couloirs de la culture.
Les groupes de pensée deviennent uniformes. Vivre l’idée de l’écriture. Ecrire par tous les temps. Au bout des champs. Derrière l’horizon. Les phrases odeurs. Les phrases souvenirs. Il y aura celles écrites. Il y aura celles sans traces. Juste pensées. Juste vécues. Tout ne sera pas écrit. Trop d’intime à deviner entre les lignes. »

« Je ne sais pas vieillir. J’aime la lumière. J’aime les jambes des filles. En vélo. J’aime le monde entier. »

« Nous danserons toute la vie l’un contre l’autre. Peau contre peau. Sel mélangé. Rigole entre tes seins, entre tes fesses. Musique lointaine. Blues dans la nuit. Donne envie. Tes seins dans mes mains. »



Envoyer un grain de pollen